Décaféiné (société)

Réagir face au délit

28 mars 2017

« Crimes » ou « délits », selon les situations nous aimerions tous se transformer en super-héros, Superman, Wonder-Woman, Tortues Ninja,… Mais nous n’en sommes pas tous capables physiquement ou mentalement (même si manger des pizzas et traîner dans les égouts peut paraître réalisable), du coup, j’aimerais vous lister les bons gestes et comment adopter les bons réflexes.

Si vous n’aviez pas su/pu réagir, ne pas culpabiliser !

Petite histoire vraie arrivée à un de mes proches récemment :

Lors d’une virée au supermarché, X a entendu brièvement une conversation entre un homme Y et un homme Z. Y n’a pas eu peur de dire ce qui va suivre à haute voix lorsque X est passée près d’eux, comme pour avoir son attention : « […] ‘me suis fais une petite branlette devant les filles de là-bas […] 12-13 ans très bonne […] à la piscine […] ». Personne n’a envie de savoir la suite. Non il ne disait pas ça pour rire, et même si c’était le cas, cette personne devrait se faire enfermée !

Passage en caisse, X est complètement déboussolée et choquée par ce qu’elle a entendu. X confie à la caissière ce qu’elle a entendu et file à sa voiture. Détraqué ? Pédophile ? Malade ? Les trois à la fois ? Très mauvaise blague ? Nous ne le saurons jamais, parce qu’X n’a pas su quoi faire. X ne savait même pas ce qu’elle pouvait faire et si elle été en mesure de le faire. Elle a quand même repéré son visage, la couleur de la voiture et se souvient de leurs origines (sigle breton, plaque d’immatriculation).

X m’a appelée pour me raconter tout cela, je lui ai posé des questions et lui ai expliquer ce qu’elle aurait pu faire. J’ai surtout fait un travail de déculpabilisation, quand c’est trop tard, c’est trop tard…

La bonne réaction :

  • Ne pas réagir face à face ! Cet individu semble dérangé, certes non alcoolisé en apparence mais on ne sait jamais.
  • Se faire discret(e) : si vous comptez prévenir les autorités vous-même, mieux vaut ne pas trop se faire remarquer.
  • S’entourer, si possible : rester seul(e) c’est être vulnérable si ça tourne mal. Vous êtes dans un magasin ? Confiez au vendeur votre inquiétude. Si vous êtes dans un lieu privé, mieux vaut que ce soit une personne responsable qui appelle la police ; en plus de connaître l’adresse, cette personne peut intervenir via l’équipe de sécurité ou appeler les secours et donner des informations clefs sur le bâtiment.
  • Se souvenir d’un maximum de détails : le physique (tenue, voiture, plaque d’immatriculation,…), le le lieu et l’heure, le comportement (alcoolisé, agressif, accompagné ou non, armé, …), l’acte (agression, vol, comportement à risque). Ne pas hésiter à tout noter une fois que vous avez votre téléphone ou un carnet à portée de main. Si personne n’appelle la Police pour X raison, vous pouvez rejoindre le commissariat le plus proche (rapidement quand même, pas une semaine plus tard hein) et déposer plainte (une main courante n’engage pas d’enquête ou de poursuites).
  • Appeler les secours dès que vous vous sentez protéger.

C’était un cas particulier et heureusement ! Maintenant voyons d’autres cas.

I/ Agression

Bien sur chaque situation est unique, à vous d’adapter les choses comme vous le sentez.

  • Ne pas jouer les super-héros, mais un petit peu quand même :

Agression armée ? Appelez la police.

Agression non-armée ? Si vous faites une tête de plus que l’agresseur et que vous avez envie de lui taper dessus, vous ne risquez pas grand chose, mais méfiez-vous quand même, ce n’est pas une expérience sociale c’est la vraie vie. Pour les gens normaux : Appelez la police et prévenez l’agresseur que vous aviez appeler la police, il détalera comme un lapin (bonus +1 « Ils sont en route », +2 « Ils sont dans le quartier ») sinon un coup de bombe au poivre ça devrait le faire. Approchez-vous de la victime et pratiquez les premiers secours si besoin avant d’appeler les pompiers.

Agression verbale ? Si personne ne réagit à un « sale pute » c’est par peur des représailles, pourtant vous ne risquez rien, il n’y a pas de vie en jeu comme les deux premiers cas. Défendez la victime. En levant une voix, une seconde puis une troisième pourrait renchérir, c’est l’effet de foule. Et la victime se sentira mieux après avoir eu ce soutien, non, ce n’est pas normal de se faire traiter de pute, alors quand c’est en public cette humiliation

II/ Vol

Dans un magasin ? Prévenir la sécurité, l’accueil ou les caissiers s’il n’y a pas de sécurité. Mais de vous à moi, qu’un SDF vole une pomme n’est pas comparable à un homme lambda qui vole un téléphone… Oui cela reste un délit, mais pas la peine de déclencher un armada de sécurité pour une pomme.

Pickpocket ? Faites du bruit. Un « HEY VOUS ! » (à l’attention du voleur) « MONSIEUR !! » (à l’attention du volé) ou « VOLEUR !!! » peut faire peur au voleur, faire réagir le volé et/ou les gens dans la rame de métro par exemple.

Dans la rue ? Un « VOLEUR !!! » suffit mais peut être efficace si les passants ne s’en fichent pas. Les meilleurs passants auront le réflexe de tendre la jambe sur son chemin surtout si vous criez « ARRÊTEZ-LE !!! ».

III/ Je ne me sens pas en sécurité

Suivi en voiture ? Si vous avez l’impression d’être suivi en voiture, déjà, ne tombez pas dans la paranoïa hein, c’est tout à fait normal qu’il y ai des voitures sur une route. Encore une fois, vous êtes le seul juge et votre ressenti votre seul guide. Vous pouvez appuyer (à peine) sur la pédale de frein pour commencer (juste histoire d’allumer les phares de derrière), voir freiner bien franchement, ça va l’agacer et donc il va automatiquement vous doubler, sinon prendre ses distances. Je le fait tous les jours quand on ne respecte pas les limites de vitesse derrière moi.

Suivi à pied ? Déjà tester si vous êtes bien suivi ou non, en accélérant le pas puis le ralentir, traverser une route, retraverser, s’arrêter sur un banc, repartir etc. Tenter de passer derrière la personne et la suivre, c’est super dur à faire mais je crois en vous ! Ne le regarder pas dans les yeux, les suiveurs sont des gens louches, rarement armés parce qu’être suivi c’est hyper pas discret pour tuer quelqu’un. Ne faites usage de votre bombe au poivre que si la personne vous semble vraiment dangereuse et appelez la police en leur disant en tout premier que vous avez fait usage de votre bombe au poivre avant de vous enfuir. Attention vous pourriez passer pour l’agresseur et là vous serez bien embêter. Autre technique : demander à un passant discrètement ou faire semblant de connaître un passant (masculin et plus grand que la personne louche c’est mieux) en lui expliquant que cette personne vous suit et que vous avez peur pour votre peau. Il faut vraiment tomber sur un grand débile pour qu’il ne joue pas le jeu. Choisissez par contre un passant qui n’ai pas l’air impulsif, il manquerait plus qu’il agresse votre suiveur…

Ne pas jouer les héros, sauf si vous connaissez les gestes qui sauvent.

Réagir en situation de détresse

Si un incendie se déclare dans votre maison, sachez que vous n’avez que 3 minutes d’espérance de vie, et ce qui tue ce n’est pas les flammes mais la fumée toxique. 3 minutes ça passe extrêmement vite et vous n’aurez pas besoin de faire 1m90 pour sortir des personnes d’un incendie. Si et seulement si vous n’avez pas le pressentiment de vous mettre en danger en agissant, alors courrez, attraper les poignets des victimes et tirez les corps de toutes vos forces. Peu de personne savent faire un massage cardiaque, et pourtant c’est plus simple que ce que l’on croit.

Pour apprendre les gestes qui sauvent, il suffit d’une journée à la caserne de pompiers la plus proche, et de 60€ à 90€. Contre des vies, c’est gratuit. Une piqûre de rappel tous les ans ne fait pas de mal, selon Newstoprotect, si la France formait 20% de personnes en plus, on estime que 10 000 vies seraient sauvées chaque année.

Pour pallier à ses astuces simples, il existe aussi des accessoires de sécurité, d’auto-défenses ou dissuasifs.

SÉCURITÉ

  • Couverture de survie, je pense que nous la connaissons tous mais rappelons quand même son utilité. La couverture permet de protéger un individu de la chaleur comme du froid, en effet son côté argenté protège du et le côté doré, du . Rappelez-vous bien de quel côté l’utilisée, elle peut servir en voyage, aux personnes qui dorment dehors, accident de la route, ébriété, malaise,… Piqûre de rappel : en France il est obligatoire d’avoir un triangle et des gilets fluorescents à bord de chaque véhicule. C’est pour votre sécurité et celle des autres. Piqûre de rappel 2 : ne pas s’arrêter face à un véhicule en difficulté est un délit (« non-assistance à personne en danger »), valable si la voiture est dans un fossé et que vous ne voyez pas le conducteur sortir (il est peut-être blessé ou a fait un malaise), non-valable si la personne que vous voyez sur le côté ne vous inspire vraiment pas confiance…
  • Sifflet, autre instrument je pense indispensable pour les randonneurs ou aventuriers ! Le sifflet permet d’appeler les secours à longue distance, il peut remplacer le téléphone portable en cas d’urgence, si vous êtes blessé, perdu, ou invisible dans le brouillard pour les conducteurs,… Il ne prend pas de place et peut se clipser sur un pantalon, à une veste, un sac à dos et même en collier !
  • Paille eau potable, c’est gadget, mais si vous faites un voyage en Amazonie par exemple, elle peut vous sauvez car elle permet de rendre potable et buvable n’importe quelle eau. Elle détruit tous les microbes et particules cra-cra. Accessoire de survie donc..

AUTO-DÉFENSE / DISSUASIFS

  • Bouton d’urgence. Il en existe plusieurs modèles, ce sont des petits objets high-tech qui appellent les urgences à votre place si vous n’aviez pas le temps de dégainer votre téléphone et/ou si vous ne connaissez pas votre position géographique. Ils fonctionnent en Bluetooth et sont souvent discrets, j’en ai un qui déclenche une sirène très puissante (il ne prévient pas les urgences mais avec ses 130 décibels il est possible de l’entendre à au moins 1km autour de moi (et oui 130 décibels dans un appartement ça fait vraiment bobo aux oreilles, désolée, voisins de l’avoir testée…). Si j’ai pris cette décision d’achat en plus de la bombe au poivre dans mon sac c’est qu’il aurait déjà servi à mon entourage. Quand un viol se passe à quelques mètres de chez vous en pleine journée sans que personne ne remarque rien, ou qu’un meurtre en pleine rue survient lui aussi en plein jour, il est peut-être sécurisant de prendre ses dispositions si comme moi vous vous déplacez seule la nuit et parfois à pied.

Je ne suis pas pour ce marketing rose/mignon avec pour description « bouton anti-viol », c’est un petit peu comme les culottes anti-viol, les capotes ou le vernis détecteur de drogue du viol, ça me chiffonne un peu.

  • Bombe au poivre, belle et bien légale contrairement à sa copine lacrymogène, petite et facile d’utilisation ; elle peut elle aussi s’avérer utile et même dissuasive. Il est recommandé de la tester une fois de temps en temps, mais ne faites pas la même boulette que moi : ne la testez pas à l’intérieur d’une salle de bain, mes lèvres sont devenues plus grosses que celles d’Angélina Jolie et mes yeux s’en souviennent aussi. Ça pique et ça brûle. Mettre la main devant ses yeux en la pulvérisant (je vous souhaite comme tous les accessoires cités, de ne jamais avoir à les sortir) et SURTOUT appelez la gendarmerie/police après l’avoir pulvérisée sur quelqu’un, sinon cela pourrait se retourner contre vous pour agression. Le comble.
  • Les couteaux suisses, je précise « suisse » car il est primordial que la lame ne dépasse pas la taille de la paume de votre main sinon il serait considérer comme une arme blanche, alors que vous vouliez vous en servir comme arme de défense. Il n’est pas à prendre à la légère, ça reste un couteau (pratique pour couper le saucisson en soirées d’ailleurs), et il faut un certain sang-froid pour se balader avec et envisager de le sortir en cas d’agression. Je dirais que c’est en dernier recours.

Cet article n’est pas à prendre au second degrés mais ne mérite pas non plus une paranoïa générale. Je l’ai écrit parce que j’étais en mesure de répondre à des problématiques qui ne sont -à mon humble avis- pas montré dans les médias alors qu’elles pourraient être utiles. En aucun cas j’incite chacun à acheter des accessoires défensives ou dissuasifs. J’espère que le message sera bien compris, n’oubliez pas de commenter si vous avez des remarques ou des avis à propos de cela, les conseils sont toujours bons à prendre !

Enregistrer

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Convaincre… avec une lettre de motivation – La vie active pas à pas #1 – – Un café avec Nani 5 avril 2017 at 16 h 01 min

    […] précédent : Réagir face au délit (#société […]

  • Leave a Reply