Pause café (humeurs)

Les tribulations d’une caissière… de fast-food !

11 novembre 2016

Heyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy ! Nouvelle catégorie les sucrés ! Vous permettez que je vous appelle ainsi ? Non, parce que vous comprenez… Ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vu ici. Et vous savez quoi ? Vous m’avez manqué ! Mais le pire c’est que je ne vous ai même pas donné de mes nouvelles, on papotera dans un prochain Cream News qui risque être long, j’ai trop de trucs à vous dire !

Quésako ? Le titre de cette catégorie s’inspire directement d’un livre (excellent pour le moral) qui s’intitule « Les tribulation d’une caissière » d’Anna Sam. Les tribulations d’une caissière de fast-food s’inspire directement de mon quotidien, il se passe tellement de choses surprenantes que je ne pouvais pas ne pas en faire d’articles !

Pour tout vous dire d’ailleurs, j’ai longtemps hésité avant d’écrire les 4 articles de cette catégorie et voici les raisons :

  • Peur que des collègues tombent sur ces articles et que ça remonte jusqu’aux supérieurs qui peuvent le prendre mal (même s’ils sont au courant de tout ce que je vais pouvoir y raconter).
  • Peur des débats cruelty-free/vegan/végé’ qui n’auraient rien à faire là -même si j’y suis sensible.
  • Peur de vous décevoir avec des articles qui ne seront pas énormément travaillés (j’espère qu’ils seront légers et sympathiques…).
  • Pas envie de dévoiler l’enseigne pour laquelle je travaille, parce que je ne suis pas d’accord avec l’éthique de la marque et pas à l’aise avec les rumeurs qui courent sur elle (rumeurs créées par les concurrents, j’en reparlerais dans le 3ème article de cette catégorie qui sera le plus sérieux).

Avant de commencer cette catégorie pleine d’humour et de légèreté, un petit point s’impose. Mc Donalds, Burger King, Quick, KFC, peu importe. Je n’ai jamais eu honte de travailler là où je suis, mais je n’en suis pas fière non plus (cf dernier point ci-dessus). On pourra dire ce que l’on veut sur ce métier ; que c’est ingrat, que c’est pour les branleurs qui n’ont rien trouvés d’autre (sic) ; mais ce que vous ignorez, c’est que je n’ai JAMAIS eu un seul travail où on bosser entre POTES ! Aussi extraordinaire que cela puisse paraître : directeur, managers, collègues, on se retrouve tous le week-end, on mange tous ensemble et on se tape des délires de malades ! Jamais je n’ai eu une ambiance pareille, et tant mieux, parce qu’avec les brides de notre quotidien que vous allez entrapercevoir, ça ne nous fait pas de mal…

TO BE CONTINUED…

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply