Salon de thé (Lifestyle)

Faire un Service Civique, un tremplin pour la vie active ?

13 novembre 2015

– On expérimente #2 –

945688_10152803310555083_1598798091_n

Le Service Civique, késako ? Mis en place par l’Etat (pour remplacer le service militaire) il est à la disposition des 16-25 ans et en gros ce sont des missions de 6 à 8 mois surfant sur le principe du bénévolat mais en étant rémunéré 573€/mois. Pour s’inscrire il suffit d’aller sur le site et chercher la mission de vos rêves, ce qui n’engage à rien. Les missions peuvent concerner les thèmes suivants :

  • Environnement,
  • Culture et loisir,
  • Développement international et action humanitaire,
  • Education pour tous,
  • Intervention d’urgence en cas de crise,
  • Mémoire et citoyenneté,
  • Santé,
  • Sport,
  • Solidarité.

Le Service Civique a beaucoup d’avantages, comme n’avoir aucune condition en terme de diplôme ou d’expérience professionnelle.

Pourquoi m’y être inscrite ? Je suis diplômée d’étude supérieures mais j’avais besoin d’une transition délicate vers la vie active, et puis j’étais un petit peu perdue je l’avoue… J’ai toujours voulu faire du bénévolat, mais avec mes études je n’avais pas le temps, et besoin d’argent.

Le Service Civique en fait c’est un compromis des deux. Il faut savoir aussi que ce n’est pas imposable (clap*clap*clap*), vous devez être inscrits à Pôle Emploi et faire partie d’un régime d’affiliation générale à la Sécurité Sociale. Je vous laisse lire la charte des valeurs qui est plutôt sympathique ici

benevolat-culturel

  • La prise en charge.

Vous n’êtes pas livrez à vous-même ! Bien au contraire. Personnellement je suis en mission pour association qui donne des cours de musique et organise des événements, en Aquitaine toutes les asso’ de musiques embauchant des Service Civique (appelés « volontaires ») sont mis en relation avec le RAMA (Réseau Aquitain des Musiques Actuelles). Le RAMA joue un peu le rôle de coordinateur. Une semaine après mon embauche, ils ont organisés une journée d’accueil, et l’après-midi été consacré aux mises en relation avec des professionnels pour un peu construire notre réseau et c’était l’occasion pour moi de découvrir des métiers que je ne connaissais même pas (développeurs d’artistes, diffuseurs etc.), alors que je ne suis pas forcément destiné à trouver un métier en lien avec la musique.

Nos droits. Vous aurez droit à des formations (dont deux gratuites tous frais payés), ça va de la communication aux ressources humaines, secrétariat, vie associative et plein d’autre choses (vous avez le droit à des formations qui n’ont rien avoir avec vos missions) ! C’est le RAMA qui (en Aquitaine) nous propose les formations, mais nous aide aussi administrativement (comme pour apprendre à Pôle Emploi ce qu’est le Service Civique –oui, eux qui en font la pub sur leur site…), nous met en relation avec des professionnels pour de futurs affaires, …   Vous aurez aussi droit à une visite avec un généraliste local gratuitement et une attente de 15 jours maximum (ce qui n’est pas négligeable …). Grâce à votre inscription en SC, vous aurez droit à un contrat aidé à la fin de votre mission. Qu’est-ce qu’un contrat aidé ? C’est un contrat de travail d’un an qui ne coûte pas cher à l’employeur (à mettre en avant sur la lettre de motivation) et qui –dans le cadre des asso’ du RAMA a abouti à une grande majorité d’emplois en CDI. D’où l’importance de profiter de chaque formation et de chaque rencontre professionnelle lors de votre mission. Pour l’anecdote, lors de ma journée d’accueil j’ai rencontré quatre anciens volontaires, qui se sont tous fait embauchés par leurs structures grâce à un contrat aidé ! Voir la page des avantages selon votre région ici

Le projet. J’étais si contente à l’annonce de ce qui va suivre, parce que je ne m’y attendais pas le moins du monde… Qu’il s’agisse d’un projet perso (partir à l’étranger) ou d’un projet professionnel (créer son entreprise), votre tuteur de mission vous accorde toute son attention et fera de son possible pour vous aider à concrétiser ce rêve, même s’il est complètement fou (grâce à son réseau perso, aux différents organismes de professionnels, …). Je n’aime pas parler de mes projets de peur qu’on me les pique ou peut-être par superstition, mais rien que de savoir que je peux voir mon tuteur en tête-à-tête et que je peux tout lui dire en sachant que ça restera entre lui et moi, ça me rassure. Il y a donc des projets dont seul lui et mon petit-ami auront l’exclusivité (j’exclus ma famille et mes amis juste par pudeur pour mes ambitions).

40898_10150281665585083_7679232_n

  • Pourquoi tenter le Service Civique ? Et qu’apporte-t-il ?

Pour la plupart des avantages que j’ai cité plus haut. Etre volontaire nous ouvre sur l’avenir. On rencontre du monde, on apprend beaucoup de choses et on exerce une activité tout en aidant une association. C’est en se rendant utile qu’on peut faire le point sur nous même, et profiter de ces quelques mois pour réfléchir posément à ce qu’on va faire après. Ne vous accablez pas avec les chiffres du chômage qui tombent chaque semaine, la réalité est sur le terrain et bien loin de ce que vous imaginez ! Le but de ces associations est de vous insérez dans le monde du travail, que ce soit l’occasion de se découvrir un talent, ou un métier, un domaine d’activité. Pas besoin d’expérience ou de diplôme, donc vous pouvez très bien mettre un pied dans la communication alors que vous avez un parcours de charpentier. Et puis toutes ces formations qu’on nous propose, c’est quand même agréable, sachant que deux sont gratuites et les autres peuvent être financées par Pôle Emploi ou autre. Que ce soit un temps de réflexion, une envie d’apprendre quelque chose, vouloir se sentir utile : profitez-en avant d’atteindre 25 ans :) !

+ : beaucoup de passionnés de voyages dans mes abonnés, sachez que le Service Civique peut s’effectuer aussi à l’étranger ! (Malaisie, Maroc, Italie, Allemagne, Macédoine, Cameroun, Pérou, …).

nuage de mots solidarité aide dons

Puisqu’il y a que deux « inconvénients » :

  • Une rémunération fixe et plus basse que le smic (les heures supplémentaires ne sont pas payées. Et vous n’aurez pas les mêmes droits qu’un salarié puisque ce n’est pas un contrat de travail, juste un contrat d’engagement (qui peut être évidemment rompu si vous trouvez un travail). Eh oui, c’est sous base de volontariat (on nous appelle des « volontaires »).
  • Vous ne touchez pas le chômage pendant ce temps, vous n’avez pas de travail mais vous n’en cherchez pas non plus, mais vous devez rester inscrits (ce statut appelé « catégorie 4 » permet de ne pas recevoir de rendez-vous de leur part pendant la durée de la mission) !

Le SC est malheureusement peu connu, si je comptais les fois où j’ai dit que j’en faisais un et qu’on m’a répondu : « Ah c’est bien… c’est quoi ? » ou « QUOI ? A L’ARMEE ? »… Pourtant cela mérite d’être plus connu, voilà pourquoi je compte sur vous pour partager cet article autour de vous.

Terminons sur la phrase de ce père de volontaire:

C’est une autre façon de se projeter dans l’avenir, c’est une chance formidable pour notre jeunesse, d’apprendre, de se former, de vivre une expérience unique.

Ce monsieur a tout compris !

2673076626_small_2

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply