Salon de thé (Lifestyle)

Révisions-organisation : rédiger avec l’abréviation. (PRÊTS POUR LES EXAMS, 1)

25 janvier 2015

Hello hello ! Vous aussi vous avez des examens en fin d’année ou souhaitez apprendre vos cours plus facilement ? Voici l’astuce numéro une !

Abréviations : sans elles, les fiches ressembleraient à un copier-coller de nos cours, et ce n’est pas le but ! L’objectif est de synthétiser et d’écrire le moins de phrases possible ! Les abréviations sont propres à chacun, mais je vous délivre ici quelques-unes des miennes. Elles pourront aussi vous servir si vous apprenez la « prise de notes » au lycée, elle m’a été plus que pratique à cette période !

learn-big 

I/ Raccourcir les mots

  • Le ° (degrés) est utilisé pour faire les sons « -ion ». Syllabe souvent mise à la fin des mots, cette abréviation vous serviras souvent (exemple « attent° », « permiss° »)
  • La ² (racine carré) raccourci les mots finissant par le son « ère/air(e) » (exemple « assise par t² », « pour f² », « la mis² »).
  • Le R pour les mots ayants pour suffixe « -eur » (exemple « chass», « hR », « tractR »).
  • Le T pour ceux qui finissent par « -en » (exemple « fonctionnem», « libremT »).

Une fois que vous métrisez bien le T, vous pouvez suivre votre logique. Vous remarquez que beaucoup de mots finissent par le suffixe « -nement », alors vous pouvez les raccourcir de plus en plus (tant que dans votre tête vous comprenez ce que vous abrévié, c’est le principal). Lorsque je dois écrire les mots « fonctionnement » ou « librement » je les raccourcis comme tel : « fonctionnmT » (voir « fonctionT ») et « libreT » (sachant qu’entre le mot libre et le mot librement, je ne connais pas d’intermédiaire). Raccourcissez à votre rythme, l’objectif est de comprendre vos notes, pas d’écrire en chinois !

Pour finir avec mes réducteurs de mots, j’utilise aussi le Q pour les suffixes en « -que » (exemple « AfriQ », « écologiQ », « pathétiQ »), le 1 pour ceux finissant par « -iens » (exemple « ch1 », « b1 »), le X pour les pluriels « -aux/iaux » (exemple « comm²cX », « chevX ») et le L pour les mots en « -el » (exemple « concurrentiL »).

Attention niveau d’éclate totale : lorsqu’un mot finit par plusieurs des suffixes présentés ci-dessus, c’est la fête des abréviations, et là vous comprenez encore mieux leur utilité !

Exemple anticonstitut°(n)LT = anticonstitutionnellement. Mouahahahahaha ! 12 lettres en moins !


Abréviations ≠ langage sms

N’ayez pas peur d’abréger, mais attention à une chose : ne pas écrire en langage sms ! Celui-ci est très dangereux, parce qu’il risque vous influencez dans vos écrits en dehors des cours. Si bien que vous pourrez vous retrouver coincé lorsque vous enverrez un mail à votre boss… Je n’écris plus en langage sms depuis plus de plus de 7 ans, donc je ne « sais plus » écrire comme cela, mais pour ceux qui ont encore l’habitude, je suis sûre que vous faites plus régulièrement des fautes d’orthographe que nous, ce qui est normal si cela fait partie de vos habitudes. Pour éviter cela, c’est très simple, fixez-vous des limites. Dans mes abréviations, je m’autorise les symboles ainsi que le 1 (le 2 ne compte pas car dans mes notes il fait référence au signe mathématique racine carré et non au son « deux »). Les fiches sont écrites en abrégées, mais pas en langage sms, il y a une grande différence entre : « D’accord, je vais le f², en mettant de côté le v² et le bleu pastL » et « Dak, je v le fr, en mettan 2 coté le vers é le roz » (bonus pour vos yeux : « Daak’’ J3 v L3uù F4iir3 3n méétàan 2 c0tééiiy’’ L3 vèèiir &é’ L3 Ro0ozZeùùh’’). Que d’émotions.

Des mots en vrac : Bd (Boulevard), fictv (fictive), cmpatbl (compatible).

Attention au contexte ! Suivant comment vous abrégiez, vous pouvez confondre quelques mots. C’est le cas pour le mot « boulevard ». J’utilise « Bd », dans une phrase hors enveloppe, on peut comprendre le diminutif de « bande dessinée ». Dans ce cas, j’utilise toujours « Bd » ou « bd » pour « boulevard » et « BD » pour « bande dessinée ». Mais suivant la phrase et le contexte, il est souvent facile de comprendre…


II/ Application

Extrait de cours d’économie à abréger et résultat

« L’organisation de la vie quotidienne rend impossible la production par un individu de tous les biens nécessaires à la satisfaction de ses besoins. Le recours à l’échange lui permet de se procurer les biens et les services fabriqués par d’autres individus spécialisés à un prix accessible pour une qualité acceptée. »

« L’orga° de vie quotidiN rd impossible la prod° par 1 individu de ts les b1 nécess² à satisf° de ses bes1. Recours à l’échange lui permet de se procurer b1 & services fabriqués par d’autres individus spé à prix accessbl pr quali acceptée. »

La différence de lignes pour ce passage est flagrante, et pour cause, nous avons supprimés 73 lettres. Ce qui est énorme. Je le conçois, enlever une lettre ou deux d’un mot ça paraît ridicule, mais quand on voit la place qu’on a gagné en enlevant 73 caractères… Pour le coup si vous n’êtes pas convaincu, c’est que vous n’avez pas testé.

Business seminar

 

 

En arrivant en 4ème au collège, j’ai eu un professeur d’histoire qui été basé sur la méthode, c’était son obsession, il fallait tout le temps utiliser des MÉTHODES pour gagner du temps et s’organiser, que ce soit pour rédiger des réponses, faire des paragraphes argumentés (ces deux mots je les ai entendus à tous ces cours)… Et il nous a dit dès la rentrée, au premier cours, qu’il nous apprendrait la prise de notes. Tout le monde été habitué à recopier des phrases au tableau en silence… Alors je ne vous raconte pas la panique lorsqu’il nous affichait un texte pendant quelques petites minutes et qu’on devait recopier en prenant des notes ! C’était à celui qui faisait la course en écrivant des phrases entières… Mais bon, c’est en étant élevés à la dur qu’on est plus efficaces à ce qu’on dit. Bref, il nous a appris la prise de notes, en nous disant que pour entrer au lycée, c’était impératif de savoir écrire comme tel.

Alors chacun avait sa propre manière de faire, et arriver au lycée, j’ai eu la délicate surprise d’être la seule à assurer la prise de notes ! Ce n’est en rien pour me vanter, mais comme j’étais habituée depuis deux ou trois ans à le faire régulièrement et pour n’importe quoi, j’allais vite. Les professeurs râlaient sans arrêt parce qu’ils étaient obligés de parler en dictant doucement tandis que j’avais le temps de changer de cartouche d’encre et de lever le nez pour voir s’il faisait beau dehors pendant que les autres été tous concentrés à écrire des phrases entières.


Beaucoup de mots en gras vous dites ? Attendez de voir le prochain article du thème « Prêts pour les exams ».

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply News Un café avec Nani #1 | Un café avec Nani 7 avril 2015 at 22 h 28 min

    […] le second volet de mon thème « Prêts pour les exams » (le premier est ici) c’est l’hôpital qui se fout de la charité ! Ha ha, ne vous en faites pas, il […]

  • Reply Révisions-organisation : réviser efficacement. (PRÊTS POUR LES EXAMS, 2) | Un café avec Nani 9 avril 2015 at 15 h 58 min

    […] ou souhaitez apprendre vos cours plus facilement ? Voici l’astuce numéro deux ! L’article précédent traiter de la rédaction des fiches et s’habituer à la prise de note. Mais les examens […]

  • Leave a Reply